TOUCHER UN PUBLIC PEU FAMILIER DU CLASSIQUE

17.12.2016

 

       La musique classique est un patrimoine commun, elle appartient à tous. Les points de rencontre avec un autre type de public existent. A nous de les trouver.

 

Vouloir toucher un public qui n’est pas acquis à la « cause » classique, c’est un défi excitant, une source d’inspiration.

 

Cela peut passer par le choix du répertoire : sans parler d’airs très connus comme ceux de la Reine de la nuit ou Carmen il y a des œuvres qui s’imposent d’évidence, se passent de commentaire. De ces œuvres dont on a pu s’entendre dire « j’aime pas le classique, mais ça j’aime bien ». Par l’interprétation aussi: nous empruntons à d’autres styles musicaux leur liberté scénique, nous utilisons le théâtre, la danse, l’humour, l’interaction avec le public. Et nous n’hésitons pas à jouer dans des salles qui programment d’autres styles de musiques.

 

C’est notre façon de garder la tradition classique vivante, donc en évolution dans ses manifestations, en résonnance avec son temps. Cela va de pair avec notre exigence de qualité, de respect des œuvres. Beaucoup de grands chanteurs lyriques expriment aussi, aujourd’hui, un désir de décloisonner les genres. Natalie Dessay, Patricia Petitbon en France parlent d’amener à l’Opéra un plus large public, s’intéressent aux musiques populaires...

 

Qu’on aime ou non ces artistes, on constate une évolution dans ce domaine et nous voulons, à notre façon, y participer.

 

 

 

Please reload